Traitement des déchets

Face au constat des trajets réalisés par les déchets en vue de leur traitement et des coûts - financiers et environnementaux - de celui-ci, nous avons souhaité mettre en place un système de traitement des déchets plus circulaires et plus proches des habitants, facilitant la conscientisation de leur empreinte écologique. 

 

Tout d'abord, nous cherchons à réduire la production de déchets. Ce peut notamment être le cas avec le magasin bio de l'écovillage qui permet d'acheter en grandes quantités et de reconditionner ensuite dans des emballages plus respectueux que ceux utilisés habituellement en privilégiant les emballages papiers à ceux en plastique par exemple. 

 

Ensuite, notre système de tri s'est toujours voulu plus innovant que celui des habitations particulières.

Au Danemark, la consigne de certains récipients en verre et plastique fonctionne très bien. Des conteneurs pour le papier ont également été mises en place dans tout le pays depuis longtemps. Par ailleurs, le tout venant est incinéré dans des centrales aux normes très strictes qui produisent ainsi de l'électricité et de la chaleur, et dont la pollution est assez limitée. Depuis 2018, un système de tri à la source, dans les maisons, a été mis en place pour améliorer le recyclage des déchets. Ainsi, les citoyens peuvent trier d'une part le papier et les petits cartons et d'autre part les métaux, verres et plastiques non consignés qui sont ensuite triés dans les centrales de tri générales. Le reste des déchets recyclables comme l'électronique ou les déchets verts sont à emmener en déchetterie.

Au sein de l'écovillage, nous avons souhaité avoir un système de tri plus complet. Ainsi, outre les poubelles ordinaires (tout venant, plastique/verre/métal, papier/petit carton) auxquelles nous avons ajouté une poubelle pour les gros cartons, nous avons repris toutes les catégories de déchets que l'on peut avoir en déchetterie comme l'électronique, la céramique, les piles, les câbles en cuivre... Nous avons donc quatre centrales de tri au sein de l'écovillage qui sont chacune utilisées et gérées par un à trois groupes d'habitations et autour desquelles se sont formées des groupes de travail qui en organisent la gestion. Toutes les semaines, une famille des groupes bénéficiaires, qui tourne toutes les semaines, amène les catégories de déchets à la déchetterie. La facilité offerte par ce fonctionnement encourage l'ensemble des ménages à trier davantage que dans les habitations habituelles.

 

Concernant les déchets biodégradables, nous faisons la distinction entre les restes alimentaires (épluchures, fanes, ...) et les résidus verts issus de l'entretien des jardins (gazon, tailles, feuilles mortes, ...). Pour les premiers, toutes les habitations disposent d'un compost dont l'utilisation est ensuite de l'ordre du choix individuel. Pour les deuxièmes, certaines habitations ont des espaces dans le jardin où laisser ces déchets végétaux et sinon un compost commun à l'ensemble de l'écovillage permet de déposer ces déchets sans avoir à se déplacer en déchetterie pour cela, ce qui occasionnerait une pollution atmosphérique pouvant être évitée. Ainsi, même si le Danemark est le champion européen du compostage de ces résidus verts en emmenant 111 kg de branches, feuilles et gazon par an et par habitant en 2012, les habitants  d'Aarhus roulaient par exemple trois millions de kilomètres tous les ans pour emmener ces déchets à la déchetterie.

 

Ce système de tri complexe permet de réduire fortement le tout venant dont le volume final a plusieurs fois étonné la municipalité.