Les membres de l'écovillage sont généralement très satisfaits de leur climat intérieur, particulièrement de la luminosité et de l'acoustique avec un point négatif concernant l'isolation sonore intérieure. Cependant, la quasi-totalité des résidents ont le sentiment que le climat intérieur de leur domicile actuel est meilleur ou bien meilleur que celui qu'ils avaient dans leurs domiciles précédents. 

L'étude du climat intérieur - 2015

En 2015, nous avons mené une étude sur le climat intérieur des habitations dans l'écovillage. Plus de la moitié des résidents ont participé à l'enquête. 

 

Remarques générales

Dans l'ensemble, les habitants de l'écovillage pensent bénéficier d'un bon climat intérieur ! 

45 % des sondés lui attribue la meilleure note et près de 90 % d'entre eux le qualifient de "bon" ou de "très bon".

Pratiquement tous les habitants de l'écovillage pensent que leur climat intérieur est d'une grande importance, 95 % lui accordent une "grande" ou une "très grande importance" dans leur vie quotidienne. Pour un peu plus de la moitié des résidents, la volonté d'avoir un climat intérieur agréable les a encouragé à venir habiter dans l'écovillage et pour 40 %, cela n'a pas été un facteur majeur. 
80 % des habitants pensent que leur maison actuelle a un climat intérieur "meilleur" ou "bien meilleur" que celui de leurs précédentes habitations. 

Luminosité naturelle

La lumière du jour dans les maisons de l'écovillage suscite une grande satisfaction. Seulement 5 % expriment une insatisfaction, et celle-ci reste "moindre".  La satisfaction semble être plus grande dans les maisons dont la façade principale est située au sud. La satisfaction vis-à-vis de la luminosité est croissante en été, ce qui n’est pas surprenant. 

Un peu plus d'un quart des habitants considère que leur logement est périodiquement trop lumineux, ce qui varie en effet fortement en fonction des saisons. Cela semble notamment être le cas dans les groupes 4, 7 et 8 où l'énergie passive est très utilisée.

Qualité de l'air

Au moins un résident sur cinq a particulièrement besoin d'un bon climat intérieur, du fait notamment de l'asthme, du rhume des foins, de l'allergie au pollen ou à la poussière, ou encore du fait d'une forte sensibilité aux parfums et aux produits chimiques, qui rendent donc la qualité de l'air intérieur cruciale.

Dans son ensemble, la qualité de l'air dans les habitations de l'écovillage suscite une grande  ou très grande satisfaction (près de 90 % des habitants). 3 résidents sur 4 estiment que l'humidité de leur maison est confortable. Dans les maisons les plus anciennes et dans les maisons les plus récentes disposant d'une ventilation mécanique, certains habitants considèrent leur air légèrement trop sec. 
Par ailleurs, seul un résident sur cinq aère sa maison selon les recommandations sanitaires. 40 % n'aèrent qu'une fois par semaine ou moins, probablement une raison au sentiment qu'a un résident sur cinq d'avoir des périodes d'acariens.

40 % des résidents indiquent qu'ils ont des particules à l'intérieur provenant de l'air extérieur. Les particules proviennent entre autres des cheminées de certains voisins et de la centrale de chauffage. 

Températures et caractéristiques

9 sondés sur 10 trouvent que la température de leur pièce en hiver est confortable et plus de la moitié des résidents qui trouvent leur maison froide en hiver vivent dans le groupe n°2, où l'isolation est insuffisante.

Près du quart des habitants sont exposés aux courants d’air, à des problèmes avec les fenêtres, etc. La grande majorité de ceux-ci vivent dans le groupe n°2, où des ponts thermiques, entendus comme des parties de l’enveloppe d’un bâtiment présentant des fuites thermiques, ont été découverts dans les murs extérieurs, les sols et les toits. 

Un peu plus de la moitié des résidents ont des températures estivales satisfaisantes dans leurs chambres, mais l'autre moitié a chaud, dont 10 % beaucoup trop chaud. Dans le groupe n°4, 2 personnes sur 3 trouvent la température de leur chambre en été trop élevée.

Isolation sonore et acoustique

75 % des résidents ne subissent aucune nuisance sonore significative chez eux. Personne ne ressent de gêne importante pouvant provenir de sources sonores telles que la circulation, les lieux publics ou les établissements voisins.

Deux résidents sur trois habitent une maison mitoyenne avec leur voisin. Parmi eux, la mitoyenne est généralement bien vécue. Dans le groupe n°1 construit en pisée ou en briques cru, la séparation est très bien vécue. Dans le groupe n°2, où les cloisons sont similaires à celles du groupe n°1, la mitoyenneté est vue comme "mauvaise" ou "très mauvaise", ce qui peut être attribué en partie au choix d'avoir installé les conduites de distribution de la chaleur au travers des appartements directement d'un salon a l'autre. Dans les autres groupes, on n'observe pas de problèmes notables d'isolation sonore entre les maisons mitoyennes, même si les parois en bois et en plâtre semblent moins efficaces.

Près de la moitié des résidents de l'écovillage estiment que l'isolation sonore intérieure fait défaut et un tiers le trouve "bon" ou "très bon". Les plus satisfaits sont les résidents des groupes n°7 et 8, les bâtiments plus récents. Après ces groupes, c'est le groupe n°1, le plus ancien, où les cloisons sont généralement réalisées briques crue, qui est le plus satisfait. 

Les trois quarts des logements de l'écovillage sont construits sur deux étages ou plus, et l'isolation sonore entre les étages est la source de mécontentement majeure de l'isolation sonore pour la plupart des résidents, plus que les cloisons intérieures. La moitié des résidents de logements à plusieurs étages trouvent la séparation entre les étages insuffisante. Seulement 17 % des habitants le trouvent bon ou très bon. Le groupe n°5 est très mécontent de l'isolation sonore entre les étages, l'installation d'un escalier ouvert dans le salon est probablement en cause. Les groupes n°1, 7 et 8 sont les groupes les plus satisfaits du fait des cages d'escalier fermées.