L'ouate de cellulose est constituée de papier recyclé en granulé auquel est rajouté une imprégnation avec des sels minéraux (sel d'aluminium, acide borique et acide borique), qui sont des retardateurs de flamme et qui empêchent la formation de moisissures et l'attaque de parasites. Cette forme d'isolation a une bonne capacité de transport de l'humidité, favorisant un bon climat intérieur et évitant l'utilisation d'un pare-vapeur, une membrane plastique qui empêche l'imprégnation d'eau dans le mur. La production d'ouate de cellulose n'émet environ qu'un tiers de CO2 par rapport à la production de laine minérale traditionnelle. En 1989,c'était une premiére au Danemark, les autorités ont autorisé l'utilisation d'un isolant papier dans l'écovillage.

L'isolation à la fibre de bois, une alternative à l'ouate de cellulose trés utilisé dans les derniers groupe d'habiatation, est généralement réalisée sous forme de fibres injecté dans les parois intérieures des murs ou dans les combes sous le toit. Il peut également être posé sous forme de rouleaux ou panneaux, qu'on appelle alors "laine de bois". La fibre de bois utilisé vient de l’épicéa issu de forêts scandinaves et certifiées FSC Il s'agit du seul isolant pouvant retourner dans la nature à la fin de son cycle d'utilisation. Tous les autres isolants doivent être mis en décharge ou recyclés de manière contrôlée. Les fibres de bois sont hygroscopiques, c’est-à-dire que les fibres sont capables de transporter l'humidité de l'air, et ce, sans endommager l’isolation ou les structures de construction. Ainsi, comme pour l'ouate de cellulose, il peut être utilisé sans pare-vapeur. Il est cependant conseillé d'installer un une plaque de bois qui sert de "frein" à l'humidité. En outre, cet isolant ne présente aucun risque pour les ouvriers.

 
D'autres isolations alternatives composées de lin, de laine, de perlite ou encore de paille existent mais ils sont trrés peu utilisé dans l'écovillage.