Valeurs et vision

Vision sociale

Créer une communauté où les habitants, d'origines, d'éducation et de niveaux sociaux divers, peuvent cohabiter et participer à un projet commun, mais toujours dans un souci d’échange réciproque avec le reste de la société.

L'engagement est entièrement basé sur le volontariat ; on participe et contribue suivant sa disponibilité, son envie et sa motivation.

Philosophie

L’écovillage est un cadre dans lequel les principes d'un développement durable sont expérimentés, mis en œuvre, et évalués à l’aune de la vie quotidienne.
L’écovillage de Hjortshoj n’est pas un lieu qu’on choisit pour s’isoler du reste de la société mais au contraire un lieu où les potentiels de développement et d'expérimentations sont facilités par la dynamique de groupe et à partir duquel il est possible d’influencer les politiciens, les institutions publiques et la population.
L’écovillage offre un style de vie où l’individualisme et le besoin de se réaliser personnellement se combine et trouve un équilibre avec le bien-être et l'importance de la communauté avec sa large diversité d'âges, de cultures et d'origines sociales.

Principes inscrits dans la Charte Initiale

  • Les principes du développement durable comme base à notre vision de l’écologie, du social et de l’économie.
  • Démocratie participative et décisions collectives à plusieurs niveaux.
  • Décentralisation importante et structures horizontales.
  • Organisation basée sur des principes coopératifs.
  • Chaque membre choisit son engagement en fonction de son envie et de ses compétences.

Caractéristiques d'un écovillage pour nous

  • L'envie d’expérimenter.
  • Un lieu de vie où d’autres comportements et une autre organisation sont possibles.
  • L'intégration d'activités de productions de biens ou de services, professionnelles ou basées sur le volontariat, dépendantes ou indépendantes de l'écovillage
  • Une dynamique sociale forte et en perpétuel mouvement 

Notre rapport au "monde extérieur"

Depuis la création de l'écovillage, nous n'avons jamais souhaité nous écarter du reste de la société, ce que Nicolas Escach exprime très bien dans son article "Les communautés locales danoises : quelles innovations sociales à la périphérie des villes ?" :

"Malgré un projet qui reste très local et original, l’écovillage de Hjortshøj a toujours voulu éviter la tentation du repli et du ghetto. Dès le départ, l’objectif des fondateurs était paradoxalement d’éviter l’autosuffisance afin de continuer à partager des ressources, des idées et des projets avec son environnement immédiat. Les pionniers n’ont par exemple pas souhaité créer une école interne qui aurait définitivement rompu les liens avec la ville. Un grand jardin partagé est ouvert aux usagers de la commune, tout comme la boulangerie et la boucherie. Les marchés où sont vendus les produits maraîchers de Hjortshøj sont aussi autant de ponts avec les habitants des autres quartiers. Le Hjortshøj festival rassemble chaque année en mai plusieurs milliers de personnes. Pour Pierre Lecuelle, habitant et concepteur du site, l’expression « écoquartier » pourrait s’appliquer à Hjortshøj au même titre qu’« écovillage », la communauté faisant désormais partie intégrante de la commune."

La notion de développement durable

Si aujourd'hui en France le concept de "développement durable" a été dénaturé et qu'on y voit souvent une forme de "greenwashing", son utilisation ici en revient à son sens originel dans le rapport de Brundtland : "un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs".